Une association Tchadienne a reçu le Prix des Droits de l’Homme de la République française.

L’Association tchadienne pour la non-violence, représentée par M. Djasnabeye Mbaïndo a reçu, le 12 décembre 2013 à Paris, le Prix des droits de l’homme de la République française remis par la Présidente de la CNCDH, Christine Lazerges, et le ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères, chargé des Affaires européennes, Thierry Repentin. Ce prix a été partagé entre cinq lauréats.

L’ATNV a été distinguée pour son projet intitulé « Accompagnement des familles déplacées de Dobémé ». Ce projet prévoit d’accompagner 900 familles d’agriculteurs qui ont été expulsées de leurs terres. Il s’agit de leur apporter une aide à la fois au niveau juridique et économique. Les bénéficiaires sont étroitement associés à la réalisation du projet (appui aux activités génératrices de revenus, accompagnement à l’entreprenariat pour les femmes).

Le Prix des droits de l’homme de la République française « Liberté - Égalité – Fraternité », doté par le Premier ministre, est décerné chaque année depuis 1988 par la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH). En 25 ans, plus de 170 associations, actrices de la défense des droits de l’homme dans leur pays, ont été distinguées. Elles agissent tant au Nicaragua, en Palestine, en Côte d’Ivoire, en Haïti ou au Cambodge, qu’en Birmanie, en Colombie, au Tchad, au Rwanda ou en France.

Le Prix a vocation à distinguer des actions de terrain et des projets portant sur la protection et la promotion effectives des Droits de l’homme, dans l’esprit de la Déclaration universelle des droits de l’homme et de la Conférence mondiale sur les droits de l’homme, sans distinction de nationalité ou de frontière. Chaque année, la CNCDH fixe deux thèmes au choix. En 2013, les deux thématiques étaient l’accompagnement et la prise en charge des personnes déplacées internes d’une part, la protection des droits de l’homme dans les lieux de privation de liberté d’autre part.

Par ce Prix, la République française souhaite soutenir les actions individuelles et collectives en faveur de la défense et de la protection des droits de l’homme dans le monde. Il reconnaît
le rôle fondamental que joue la société civile, et en particulier les ONG, dans la promotion et la protection de ces droits. La France entend ainsi mettre à l’honneur et encourager les acteurs de terrain.

JPEG

Dernière modification : 26/02/2014

Haut de page