L’activité du groupe Agence Française de Développement

Forte de sa présence depuis plus de cinquante ans aux côtés du Tchad, l’AFD apporte son soutien technique à l’élaboration et la mise en œuvre de politiques publiques, finance des programmes et projets de développement économique et sociaux portés par des acteurs variés : publics, privés, collectivités locales, associations ou ONG.

JPEG

Forte de sa présence depuis plus de cinquante ans aux côtés du Tchad, l’AFD apporte son soutien technique à l’élaboration et la mise en œuvre de politiques publiques, finance des programmes et projets de développement économique et sociaux portés par des acteurs variés : publics, privés, collectivités locales, associations ou ONG.

Cette coopération historique et dense fait du Tchad l’un des premiers bénéficiaires des financements en dons du Groupe AFD. Depuis 2000, le volume total cumulé des engagements du groupe AFD dépasse 152 Mds FCFA (232 M€), soit une moyenne annuelle d’environ 9,5 Mds FCFA (14,5 M€).

Tableau des autorisations et des décaissements (montants exprimés en millions d’euros)

Tableau des autorisations et des décaissements
Année200520062007200820092010201120122013201420152016 (prév)
Autorisations 12,5 4,5 18,0 11,0 11,0 2,3 5,4 11,4 19,5 17,5 16 26
Décaissements 10,0 10,4 10,8 8,7 12,1 11,5 10,8 9,5 8,5 5,4 8,9 9

Conçus au bénéfice de l’ensemble de la population tchadienne et de toutes les régions, les projets du Groupe AFD sont mis en œuvre dans le respect des principes d’appropriation, d’efficacité et d’harmonisation de l’aide, et selon une démarche de responsabilité sociale et environnementale exigeante.

Les objectifs de l’AFD au Tchad
Les objectifs de l’AFD au Tchad sont caractéristiques de l’action dans un pays fragile à faibles capacités :
Aider à l’émergence d’acteurs de développement fiables, d’équipes ciblées de l’Administration tchadienne et d’acteurs non gouvernementaux (privés, associatifs, décentralisés, ONG). Ces derniers, porteurs de services aux populations et/ou d’emplois, sont également nécessaires à la mise en débat des politiques de développement et à l’amélioration de la gouvernance. L’AFD soutient le développement des PME, accompagne la nouvelle collectivité élue de N’Djamena dans ses missions et l’émergence d’ONG tchadiennes professionnelles et influentes, ainsi que d’organisations professionnelles.
Appuyer l’élaboration de politiques publiques. A ce stade, l’enjeu n’est pas encore celui de financer les politiques publiques, mais d’aider à la mise en place de politiques crédibles et inclusives dans les secteurs sociaux et économiques. En finançant expertise et débats, l’AFD contribue au développement des connaissances, au plaidoyer et à la formulation des politiques dans les secteurs dans lesquels elle est engagée selon les dynamiques observées.
Maintenir une action de prévention des conflits et des crises. L’AFD a depuis longtemps entrepris une action de prévention des conflits liés à l’utilisation de l’espace, et d’atténuation des crises relevant de la rareté des ressources naturelles.
Financer des projets simples et robustes en ciblant les populations les plus vulnérables, selon des modalités adaptées au contexte du pays (versement par tranches, assistance technique renforcée, etc.), dans un objectif d’efficacité des actions déployées pour générer des impacts concrets en faveur de l’amélioration des conditions de vie des populations tchadiennes.

Les secteurs d’intervention
Le soutien à la planification urbaine de N’Djamena et de Moundou. Les interventions de l’AFD, d’un montant total de 22 M€, dont 10 M€ de fonds européens délégués à l’AFD, s’articulent autour du renforcement de l’accès à l’eau et à l’assainissement, de l’amélioration de la gouvernance du secteur et de la lutte contre les inondations. Ces financements positionnent la France comme le partenaire de référence de la capitale N’Djamena dans un contexte historique de démarrage de la décentralisation.

Un appui de long terme à l’élevage transhumant, activité économique majeure au Tchad (dont le cheptel, un des plus importants d’Afrique, est estimé à 90 millions de têtes), destiné à améliorer l’usage des pâturages et des points d’eau dans le but d’une meilleure durabilité environnementale et d’une prévention des conflits entre éleveurs nomades et populations/agriculteurs sédentaires. L’AFD totalise un engagement financier de 17 M€ dans le secteur.

L’AFD est devenue un partenaire de premier plan du Tchad en matière de santé maternelle et infantile et de santé de la reproduction (SMI/SR). L’AFD a su concentrer et coordonner les ressources françaises (concours AFD – FSP – ONG) sur ce sous-secteur SMI/SR, correspondant aux engagements de la France pris au Sommet du G8 de juin 2010 à Muskoka (Canada). Son action (engagements totaux de 18 M€ dont 8 M€ ciblés sur N’Djamena), donne à la France une véritable influence au Tchad dans ce domaine d’action très prioritaire au vu des enjeux économiques et sociaux d’une maîtrise accrue de la fécondité.

L’amélioration du système éducatif primaire et le renforcement du dispositif de formation professionnelle. L’action de l’AFD en faveur de la jeunesse tchadienne (13 M€) vise des interventions innovantes directement menées auprès des écoles ciblant l’amélioration de la qualité de l’éducation de base (optimisation des moyens, gestion des moyens, pédagogie), et une meilleure adéquation formation-emploi, à travers des interventions menées en partenariat avec les opérateurs économiques, et auprès des établissements de formation.

En outre, l’AFD apporte un appui multiforme au secteur privé tchadien (garanties ARIZ pour faciliter l’accord de prêts bancaires à destination des PME locales ; financements privés de la filiale PROPARCO de l’AFD ; soutien à la filière gomme arabique, accompagnement des petites et très petites entreprises) et mène quelques actions en faveur de la gestion des ressources naturelles (soutien financier du Fonds Français pour l’Environnement Mondial (FFEM) pour un projet d’appui à la Commission du Bassin du Lac Tchad (CBLT), projet d’aménagement hydroagricole du Bahr Linia).

Enfin, l’AFD accompagne les ONG françaises à travers le financement d’initiatives dans des secteurs très variés : sécurité alimentaire, éducation, eau et assainissement notamment. Au 1er janvier 2016, 18 projets sont en cours d’exécution, dont 5 se déroulent exclusivement au Tchad (les autres étant le volet tchadien de projets multi-pays). Le volume de subvention en cours de mise en œuvre est de 4,7 M€.

Les perspectives d’intervention
Plusieurs concours sont en cours d’instruction pour un objectif d’octroi à court terme :
Projet d’aménagement urbain de la ville de N’Djamena (15 M€), consistant à purger et à réhabiliter le canal des Jardiniers, lequel joue un rôle hydraulique majeur pour tout le centre-ville de la capitale et structure ainsi l’architecture urbaine de la zone constituée des quartiers historiques de la ville rassemblant une population estimée à 130.000 habitants (15 M€, octroi prévu fin 2016).
Projet Bab al Amal (Port de l’emploi), ciblant l’amélioration de l’insertion socio-économique des jeunes tchadiens en situation de vulnérabilité (jeunes non scolarisés ou déscolarisés), à travers le renforcement de leurs compétences professionnelles et l’accompagnement de leur parcours professionnel. (9,6 M€, délégation FFU).
Projet d’aménagement hydroagricole du Barh Linia – Phase 2 (10 M€) qui vise la remise en eau du second tronçon du Bahr-Linia (ancien bras mort du fleuve Chari), d’environ 40 km, afin d’appuyer la mise en valeur, après complétion des deux phases, d’une superficie irrigable d’environ 2000 ha, et permettre ainsi le développement de productions maraîchères et arboricoles irriguées à haute valeur ajoutée, à destination des marchés de la capitale.

Coordonnées

Agence Française de Développement (AFD) au Tchad
Route de Farcha – B.P. 478 – N’Djamena
Tél. : +235 22 52 70 71 / 22 52 73 35
Fax : + 235 22 52 78 31)]
Courriel : afdndjamena@afd.fr

Pour plus d’informations, veuillez cliquer ICI

Dernière modification : 23/01/2017

Haut de page