Attentats de Paris, 13.11.2015 [lire...]

Hommage aux victimes, 16 novembre 2015

JPEG - 96.7 ko
M. Ahmat Mahamat Bâchir, Ministre de la Sécurité publique et de l’Immigration, M. Abdoulaye Sabre Fadoul, Ministre, Secrétaire général du Gouvernement, Mme Evelyne Decorps, Ambassadrice de France au Tchad – 16 novembre 2015

Une minute de silence en hommage aux victimes des attentats du 13 novembre 2015 a été observée à l’Ambassade de France le 16 novembre 2015, à 12H00, en présence de l’Ambassadrice de France, Mme Evelyne Decorps, du Ministre de la Sécurité publique et de l’Immigration, M. Ahmat Mahamat Bâchir, et du Ministre, Secrétaire général du Gouvernement, M. Abdoulaye Sabre Fadoul.
La communauté française au Tchad a largement participé à cet hommage, sur le site de l’Ambassade ou chacun sur son lieu de travail, en communion d’esprit.

Déclaration du Ministère français des Affaires étrangères et du Développement international

La France a été victime vendredi à Saint-Denis et à Paris, d’une agression lâche, d’une barbarie totale et d’une ampleur inédite. Avec la communauté nationale, nous rendons hommage aux victimes et partageons la douleur, la détresse de leurs familles et de leurs proches. Le Ministre et les secrétaires d’Etat sont totalement mobilisés. Le ministère, en particulier le centre de crise et de soutien, est pleinement engagé dans l’action interministérielle d’aide aux victimes.

Nous sommes rassemblés.

Nous sommes déterminés et mobilisés.

La sécurité est l’affaire de tous.

Fermeture de l’ensemble des Instituts français jusqu’au mardi 17 novembre inclus

Conformément aux instructions du Ministère des Affaires étrangères et du développement international, les Instituts Français seront fermés pendant 72 heures, c’est-à-dire jusqu’au mardi soir 17 novembre 2015.

Intervention de Mme Evelyne Decorps, Ambassadrice de France - 15 novembre 2015

JPEG - 63.1 ko
Mme Evelyne Decorps, Ambassadrice de France au Tchad - 15 novembre 2015

Paris et Saint-Denis ont été, vendredi 13 novembre, la cible d’attaques terroristes coordonnées, préparées avec minutie, avec la volonté de faire le plus grand nombre de morts.
C’est la pire attaque terroriste connue par la France. Le bilan provisoire communiqué hier par le Procureur de la République faisait état de 129 morts et de 352 blessés, dont près d’une centaine dans un état critique.
Mon pays est dans la peine et les mots manquent pour exprimer l’horreur qu’inspirent ces attaques et notre compassion à l’égard de celles et ceux qu’elles ont frappés.

Le Tchad a dès les premières heures exprimé sa solidarité avec la France. Son Excellence Le Président de la République a fait immédiatement porter à cette ambassade une lettre pour le Président Hollande et il s’est exprimé publiquement. Le Premier ministre m’a appelée dès les premières heures du drame, ainsi que de nombreux membre du Gouvernement.
De très nombreux Tchadiens, amis ou relations professionnelles, issus d’horizon très variés, m’ont et continuent à me témoigner, ainsi qu’à mes collaborateurs, leur sympathie, leur indignation et leur solidarité.
Je veux leur dire aujourd’hui toute la reconnaissance de la France pour toutes ces manifestations de sympathie et de solidarité. Au-delà de la compassion, ils expriment de façon unanime un rejet sans réserve de ces actes de guerre d’une barbarie absolue.

Cette violence abjecte et lâche, c’est la conséquence de l’engagement de la France dans la lutte contre le terrorisme.
Comme le Président de la République Française l’a promis, notre pays restera debout et nous ne cèderons pas à la terreur.
La France agira, dans le cadre du droit, avec tous les moyens qui conviennent et sur tous les terrains, intérieurs comme extérieurs, en concertation avec nos alliés qui eux-mêmes sont visés par cette menace terroriste.
A cet égard, je veux à nouveau saluer l’engagement résolu, courageux et exemplaire du Tchad dans la lutte contre le terrorisme.
Alors que la France est en deuil, je n’oublie pas le très lourd tribut payé par le Tchad, à cette lutte.

Je souhaite saisir cette occasion de rendre de nouveau hommage aux soldats tchadiens tombés en luttant au Mali ou contre Boko Haram, ainsi qu’aux victimes des attaques et des attentats perpétrés par Boko Haram à N’Djamena ou dans la Région du Lac Tchad.

Il nous faut poursuivre ici, en France, et partout dans le monde où les valeurs de paix, de fraternité et de liberté sont menacées, notre combat contre le terrorisme.
Et garder dans notre cœur la mémoire de toutes les victimes, où qu’elles soient tombées.

Vive la France ! Vive le Tchad ! Et vive l’union de la France et du Tchad pour la paix et la sécurité !

Intervention du Président de la République tchadienne, M. Idriss Déby Itno – 14 novembre 2015

La France vient de subir la plus grande épreuve terroriste de son histoire. Plus de 128 citoyens français ont perdu la vie et plus de 200 ont été blessés dans la nuit du 13 novembre 2015, suite aux attentats perpétrés à divers endroits de Paris.

La cruauté de l’acte et le mode opératoire ne laissent aucun doute sur les auteurs de cette tragédie, qu’ils s’appellent Daesch, Al Qaïda, Boko Haram et que sais-je encore ?
C’est un acte particulièrement odieux et lâche que le Tchad condamne de toutes ses forces. En cette terrible circonstance, mon pays adresse au Gouvernement, au peuple français et aux familles des victimes, ses sincères condoléances.

La France, pays ami et allié du Tchad et de l’Afrique dans la lutte contre le terrorisme, peut compter sur la solidarité et le soutien de notre pays.
Je suis persuadé que la France qui a, tout au long de son histoire, su faire face aux épreuves les plus tragiques, ne pliera pas devant celle-ci mais il y a une nécessité absolue d’un engagement déterminé et coordonné de l’ensemble de la Communauté internationale dans la lutte contre la barbarie terroriste.

Ce qui vient de se passer en France est un crime contre l’humanité et une menace réelle à la paix et à la sécurité internationales. Le monde doit donc prendre la mesure du phénomène terroriste et lui apporter, en tout lieu et en tout temps, une réponse adéquate.

Informations aux voyageurs - Contrôles aux frontières

Le Président de la République a décidé d’instaurer immédiatement des contrôles systématiques aux points d’entrée sur le territoire national. Ces contrôles sont effectués aux points de passage routiers, ferroviaires, maritimes et aéroportuaires.

Remerciements

L’Ambassade de France tient à remercier les autorités et la population tchadiennes pour les nombreux messages de compassion et de solidarité reçus après les attentats qui ont frappé Paris le 13 novembre.
Ces témoignages nous touchent. Ils marquent notre union dans la lutte contre le terrorisme.

Un numéro d’assistance spécifique a été mis en place à l’attention des ressortissants français résidant à l’étranger : +33 (0)1 45 50 34 60

Déclaration du Président de la République à la suite du Conseil de Défense - 14 novembre 2015

Mes chers compatriotes,

Ce qui s’est produit hier à Paris et à Saint-Denis près du Stade de France est un acte de guerre et face à la guerre, le pays doit prendre les décisions appropriées. C’est un acte de guerre qui a été commis par une armée terroriste, Daech, une armée djihadiste, contre la France, contre les valeurs que nous défendons partout dans le monde, contre ce que nous sommes : un pays libre qui parle à l’ensemble de la planète. C’est un acte de guerre qui a été préparé, organisé, planifié de l’extérieur, et avec des complicités intérieures que l’enquête permettra d’établir. C’est un acte d’une barbarie absolue : à cet instant 127 morts et de nombreux blessés. Les familles sont dans le chagrin, la détresse, le pays est dans la peine.

J’ai pris un décret pour proclamer le deuil national pour trois jours. Toutes les mesures pour protéger nos concitoyens et notre territoire sont prises dans le cadre de l’état d’urgence. Les forces de sécurité intérieures et l’armée - auxquelles je rends hommage, notamment pour l’action qui s’est produite hier et qui a permis de neutraliser les terroristes - l’armée et les forces de sécurité intérieure donc sont mobilisées au plus haut niveau de leurs possibilités. J’ai veillé à ce que tous les dispositifs soient renforcés à l’échelle maximale : des militaires patrouilleront en plein Paris tout au long de ces prochains jours. La France parce qu’elle a été agressée lâchement, honteusement, violemment, la France sera impitoyable à l’égard des barbares de Daech. Elle agira, dans le cadre du droit, avec tous les moyens qui conviennent et sur tous les terrains, intérieurs comme extérieurs, en concertation avec nos alliés qui eux-mêmes sont visés par cette menace terroriste. Dans cette période si douloureuse, si grave, si décisive pour notre pays, j’en appelle à l’unité, au rassemblement, au sang-froid et je m’adresserai au Parlement réuni en congrès à Versailles lundi pour rassembler la Nation dans cette épreuve. La France est forte et même si elle peut être blessée elle se lève toujours et rien ne pourra l’atteindre même si le chagrin nous assaille. La France elle est solide, elle est active, la France elle est vaillante et elle triomphera de la barbarie ; l’histoire nous le rappelle et la force que nous sommes capable aujourd’hui de mobiliser nous en convainc.

Mes chers compatriotes, ce que nous défendons c’est notre patrie, mais c’est bien plus que cela. Ce sont les valeurs d’humanité et la France saura prendre ses responsabilités et je vous appelle à cette unité indispensable.

Vive la République et vive la France.

Déclaration de M. François Hollande, Président de la République - 13 novembre 2015

JPEG - 52 ko
M. François Hollande, Président de la République - 13 novembre 2015

Mes chers compatriotes, au moment où je m’exprime, des attaques terroristes d’une ampleur sans précédent sont en cours dans l’agglomération parisienne. Il y a plusieurs dizaines de tués, il y a beaucoup de blessés, c’est une horreur. Nous avons sur ma décision mobilisé toutes les forces possibles pour qu’il puisse y avoir la neutralisation des terroristes et la mise en sécurité de tous les quartiers qui peuvent être concernés. J’ai également demandé qu’il y ait des renforts militaires. Ils sont en ce moment sur l’agglomération parisienne, pour être sûr que aucune attaque ne puisse de nouveau avoir lieu. J’ai également convoqué le Conseil des ministres, il va se tenir dans quelques minutes. Deux décisions seront prises. L’état d’urgence sera décrété, ce qui veut dire que certains lieux seront fermés, la circulation pourra être interdite et il y aura également des perquisitions qui pourront être décidées dans toute l’Ile-de-France.

L’état d’urgence, lui, sera proclamé sur l’ensemble du territoire.
La seconde décision que j’ai prise, c’est la fermeture des frontières, nous devons nous assurer que personne ne pourra rentrer pour commettre quelque acte que ce soit. Et en même temps que ceux qui auraient pu commettre les crimes qui sont hélas constatés puisse également être appréhendés, s’ils devaient sortir du territoire.

C’est une terrible épreuve qui, une nouvelle fois, nous assaille, nous savons d’où elle vient, qui sont criminels, qui sont ces terroristes, nous devons dans ces moments si difficiles, et j’ai une pensée pour les victimes, très nombreuses, pour leurs familles, pour les blessés, nous devons faire preuve de compassion et de solidarité. Mais nous devons également faire preuve d’unité et de sang-froid. Face à la terreur, la France doit être forte, elle doit être grande et les autorités de l’Etat fermes, nous le serons. Nous devons aussi appeler chacun à la responsabilité. Ce que les terroristes veulent, c’est nous faire peur, nous saisir d’effroi. Il y a effectivement de quoi avoir peur, il y a l’effroi, mais il y a face à l’effroi une Nation qui sait se défendre, qui sait mobiliser ses forces, et qui une fois encore saura vaincre les terroristes.

Françaises, Français, nous n’avons pas terminé les opérations. Il y en a encore qui sont extrêmement difficiles. C’est en ce moment même que les forces de sécurité font assaut, notamment dans un lieu à Paris. Je vous demande de garder ici toute votre confiance dans ce que nous pouvons faire avec les forces de sécurité pour préserver notre Nation des actes terroristes. Vive la République, Vive la France"

Communiqué de la Présidence de la République - Paris, 14 novembre 2015

Le Conseil des ministres, convoqué par le Président de la République, s’est réuni le 14 novembre à 00h. Sur le rapport du Premier ministre, du ministre de l’Intérieur et de la Garde des sceaux, ministre de la justice, un décret déclarant l’Etat d’urgence a été adopté. Il prend effet immédiatement sur l’ensemble du territoire métropolitain et en Corse. Il permet notamment d’interdire la circulation des personnes et d’instituer des zones de protection et de sécurité.

Un second décret a également été adopté pour mettre en œuvre des mesures renforcées dans l’ensemble des communes d’Ile-de-France. Ces dispositions permettent l’assignation à résidence de toute personne dont l’activité est dangereuse, la fermeture provisoire des salles de spectacles et des lieux de réunion, la remise des armes et la possibilité de procéder à des perquisitions administratives.

Par ailleurs, le Président de la République a décidé le rétablissement immédiat des contrôles aux frontières. Les services des douanes sont également mobilisés à cet effet.

Les écoles, lycées et établissements scolaires et universitaires seront fermés ce samedi en Ile-de-France et les voyages scolaires annulés.

Les hôpitaux ont été mobilisés. Le plan blanc a été déclenché.

La cellule d’aide aux victimes des ministères des affaires étrangères, de la justice et de la santé, en lien avec la Préfecture de police, a été activée.

Un conseil de défense a été convoqué ce samedi à 9h. D’ores et déjà 1500 militaires supplémentaires ont été mobilisés.

Le Président de la République restera à Paris et ne participera pas au G20. Il sera représenté par le ministre des affaires étrangères et du développement international et par le ministre des finances et des comptes publics.

Dernière modification : 27/11/2015

Haut de page